Que faire lorsque l'on trouve un animal sauvage en détresse ?
Fou de bassan en soins
Appelez le centre de sauvegarde le plus proche (liste disponible sur le site de l'UFCS) pour connaître la démarche à suivre. Vouloir intervenir peut parfois être une erreur : par exemple, il ne faut pas ramasser les jeunes passereaux encore malhabiles qui volètent maladroitement tout en piaillant, en attendant d'être nourris par leurs parents. Ni les jeunes rapaces nocturnes emplumés tombés au sol qu'il suffit, le plus souvent, de replacer sur une branche, à l'abri des prédateurs terrestres...
En cas de nécessité absolue, si et seulement si cela ne présente pas de risques apparents pour vous-même ou pour autrui (quelques cas où il faut s'abstenir d'intervenir : route à grande circulation, risque de chute, gros mammifère…), attrapez l'animal en détresse avec une paire de gants ou un linge épais : faîtes alors très attention à vos mains s'il s'agit d'un petit mammifère (morsure) ou d'un rapace (méfiez-vous des serres et du bec) ainsi qu'à vos yeux dans le cas d'un grand échassier (comme un héron ou une cigogne). Cette opération – qui peut s'avérer délicate – ne doit, en aucun cas, être effectuée par un enfant.
Placez-le dans un carton aéré, avec du papier absorbant au fond, ou faute de mieux dans une vieille couverture : ne surtout pas mettre un oiseau dans une cage ou dans un clapier, même temporairement car il y aggravera ses blessures et abîmera son plumage.
Ne cherchez en aucun cas à le soignez par vous-même : de nombreuses espèces sont protégées et leur détention est illégale. Par ailleurs, vous risquez d'aggraver son état. Si aucun centre de sauvegarde n'est joignable, contactez un vétérinaire pour les premiers soins.

Relais d'accueil en Charente-Maritime

Dans près d'un cas sur deux, l'acheminement des animaux est effectué par les particuliers qui les découvrent. Afin d'être au plus près de l'attente des personnes qui ne peuvent pas se déplacer, l'équipe du Marais aux Oiseaux s'efforce d'aller chercher les animaux en détresse lorsqu'ils se trouvent à moins de 20 km du centre. Dans le cas contraire, leur acheminement est réalisé grâce au réseau "Oiseaux blessés 17" créé en 1997 par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO 17) avec l'appui logistique de la société de transport 17 France Express, des vétérinaires et des sapeurs-pompiers de la Charente-Maritime, sans oublier les bénévoles de diverses associations de protection de la nature et de l'environnement, les agents de la Garderie départementale de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS 17) et ceux de la Fédération des chasseurs de la Charente-Maritime (FDC 17).

N'hésitez pas à nous contacter pour avoir les coordonnées du point relais le plus proche de chez vous.

Retour à l'accueil